Le tissage : un métier !

Le tissage : un chouette activité pour les petits (et les grands).
Voici un retour d’expérience et quelques pistes pour tisser avec les moyens du bord et occuper ainsi une journée maussade ou les longues soirées d’hiver avec des enfants… C’est toujours beaucoup mieux que de les coller passivement devant un écran, non ?

Le métier en carton ondulé…

Métier à tisser très basique. © DansLes Boîtesd’Eliaure.com

Une recherche sur le web (avec Qwant, un moteur français qui préserve votre vie privée !) et j’atterris sur le blog « Dans les boîtes d’Eliaure » qui propose de fabriquer un mini-métier à tisser en utilisant du carton ondulé.
Tout à fait ce qu’il faut pour occuper les petites mains agiles…

On se félicite alors de ne pas tout mettre au recyclage. Il reste un carton d’emballage assez épais dans le garage. Vite fait, bien fait (?), le métier est réalisé !

Un conseil, suite à l’expérience, on peut doubler l’épaisseur des cales de surélévation du fil, c’est plus confortable. Ne pas hésiter à les faire assez larges afin de conserver une certaine longueur de fils de trame pour pouvoir les nouer à la fin !

C’EST EN TISSANT…

…Qu’on apprend à tisser et qu’on peut laisser libre cours à son imagination !
Première expérience :
Nous n’avions sous la main que des restes de laine.
La trame est faite avec de la laine… et la chaîne aussi. Pas de navette adaptée pour le passage des fils alors une aiguille en plastique pour canevas (modèle enfant) fait l’affaire.
Un peigne ordinaire à grosse denture servira à serrer les fils tissés au fur et à mesure.
L’activité plaît tout de suite à Louisa (7 ans). Elle a plaisir à voir son tissage prendre forme et à jouer avec les couleurs de laine (par bandes). Au toucher, le textile réalisé est agréable, en plus !

1er essai : trame en laine et aiguille plastique pour servir de navette.

On le voit, l’inconvénient de la trame en laine, c’est son élasticité… Mais c’est un essai et ça plaît !

2ème expérience :
Un petit tour en ville pour quelques courses et on revient avec de la ficelle de cuisine (tout simplement) pour la trame et quelques pelotes de laine supplémentaires choisies par les tisserandes en herbe.

À droite, le premier métier réalisé (trame en laine) et à gauche, le second (trame en ficelle de cuisine…

Nous sommes aussi passés au rayon cuisine d’un supermarché pour dénicher des mini brochettes en bois. Après un petit coup de perceuse pour créer le trou de passage de la laine et la pointe coupée par sécurité, on obtient des navettes très pratiques. Comme le paquet en contient beaucoup, on peut se composer un assortiment de navettes de longueurs différentes.
Nous voilà bien outillés pour aller plus loin dans le tissage !

Manon n’a pas encore 4 ans mais elle veut tisser aussi et s’en sort bien !

Après avoir vu des créations sur quelques sites présentant différentes techniques de tissage, Louisa se lance dans des jeux de couleurs avec discontinuité de la chaîne… Tout est possible désormais.
L’imagination, la créativité et l’amélioration de la technique avec l’expérience vont faire le reste…

Lien de référence pour cet article : danslesboitesdeliaure.com/mini-metier-a-tisser